Monday, August 12, 2013

Indicateurs du début de la fin en DSI 2

Suite au succès du premier article, j'en poste un second sur le même thème : ces signaux faibles qu'un DSI devrait apprendre à reconnaître pour éviter le naufrage ou, souvent, l'accumulation d'inertie qui mène au naufrage.
Aujourd'hui, deux petits nouveaux.


Iceberg n°1 : Le ratage d'un tournant métier. Votre entreprise développe une nouvelle activité, c'est une petite branche de l'activité et représentait à peine un pourcent du chiffre d'affaires hier. Vous n'y avez accordé que peu d'attention. Seulement, aujourd'hui, le marché a changé et cette activité représente 35% du chiffre, plus à venir.
Comme vous n'aviez pas donné suffisamment d'attention à cette activité, les relations avec son directeur sont au plus bas et il demande des changements radicaux. Changement de têtes ou... fournisseur externe.

Icerberg n°2 : La gestion des assets (des actifs). Mettre en place une gestion des actifs sur une flotte donnée (PC, smartphones, imprimantes, voitures, bornes WiFi) permet d'en diminuer le coût de 30% très rapidement, et plus avec le temps. Malheureusement, si la gestion des assets s'encroûte, si elle ne suit plus les évolutions récentes et finit par n'avoir que quelques dizaines de pourcents de données à jour, on va droit à l'échec, là encore.
Les projets de gestion des assets ne sont pas des silos applicatifs mais des projets structurants transversaux et doivent faire l'objet d'une attention extrême à leur démarrage. Il s'agit d'un véritable investissement. Investissez sur une gestion opensource, évolutive, avec le personnel correspondant ou bien sur une solution propriétaire mais de fonctionnalités très largement supérieures à vos besoins. Par contre, ne vous lancez pas dans l'utilisation de solutions intermédiaires propriétaires qui vous empêcheront *absolument* de faire évoluer votre gestion des assets.